Les rayons X utilisés en aéroport ne sont pas optimals pour le tri des vêtements

Le type de machines à rayons X que l’on trouve dans les aéroports du monde entier fonctionnent très bien pour repérer les objets indésirables cachés dans les poches et les sacs. Mais sans logiciel associé pour interpréter les scans, la performance est entièrement dépendante de l’humain regardant l’écran.
new02
Cela est confirmé par la société suédoise TvNo Textil Service qui a investi dans une machine à rayons X du type aéroportuaire pour trouver des stylos et autres objets tels que des aiguilles et des couteaux dans la lessive pour éviter les dommages classiques aux vêtements et aux piqûres d’aiguille parmi les employés.
“Depuis que nous avons acheté notre machine à
rayons X, nous avons réduit le nombre de blessures de 50
%, mais il est évident que nous aimerions les diminuer encore plus. Nous remarquons également des défis constants avec tous les stylos en plastique, car ils ne sont pas visibles à l’écran, a déclaré l’ingénieur de production Anders Ohlsson, quand lui et deux collègues de la laverie visitaient Hvidkærvej à Odense.

L’affichage nécessite une attention constante

TvNo Textil Service compte pas moins de 12 hommes employés dans la ligne de tri, et durant chaque jour ouvrable, 24 000 pièces de vêtements passent à travers la machine à rayons X. Et tandis qu’Anders Ohlsson ne doute pas de l’efficacité des ressources humaines à TvNo, il reconnaît que faire fonctionner la machine à rayons X requiert un grand un effort:

Nous avons constamment une personne assise devant l’écran. Dit Anders Ohlsson, tout en regardant un nouveau test sur les problèmes typiques rencontré à la laverie TvNo comme les stylos, les cartes de crédit et les marqueurs qui traversent le X-Ray Machine d’Inwatec pour voir si les objets sont détectés et rejetés par les algorithmes informatiques

“Ce ne sont pas seulement les stylos qui endommagent les vêtements. Les baumes à lèvres sont également un défi en hiver. Nous ne pouvons pas les repérer avec notre système de rayons X actuel, et cela laisse des taches de graisse sur les vêtements quand un baume pour les lèvres passe les machines à laver et les sèche-linge. Nous avons les moyens de supprimer les taches, mais nous ne découvrons pas toujours les problèmes avant que les vêtements ne soient retournés au client, et il est alors trop tard, explique Anders Ohlsson.

 

Les erreurs coûteuses peuvent être minimisées

new04

L’achat de nouvelles machines nécessite également des investissements dans l’ingénierie, la logistique et la formation, mais le conseil d’administration de la blanchisserie TvNo est parfaitement conscient que le retour sur investissement pourrait se faire rapidement et cette reconnaissance a amené la délégation de trois hommes à Odense.

“Nous avons compris que nous dépensons toujours environ 25 000 euros par an juste pour acheter le remplacement pour les vêtements qui sont détruits par des tâches. En plus de cette dépense, nous avons les coûts administratifs associés à cela, explique Anders Ohlsson.

 

Les commentaires pour cette publication sont clos.